Rechercher
  • Oriane LAUNAY

La chasse à courre court toujours

Mis à jour : 4 nov. 2020

Le samedi 19 Septembre, les réseaux sociaux s'enflamment après la publication des images d’un cerf totalement épuisé après une longue traque par une chasse à courre. Cet événement a relancé la polémique et pose une nouvelle fois la question de l’interdiction de la chasse à courre en France.




Une pratique massive en France


La chasse à courre, également appelée la vénerie, est une méthode de chasse ancestrale qui consiste à poursuivre un animal avec une meute de chiens. Ainsi, l’animal sauvage est traqué durant des heures jusqu’à l’épuisement total, avant d’être mis à mort de manière rituelle à l’arme blanche. Ce loisir est très ancré dans la culture française puisque selon l’association de vénerie française, la chasse à courre compte encore 10 000 pratiquants répartis dans 70 départements français. Cependant, la chasse à courre est de plus en plus controversée et divise l’opinion publique depuis plusieurs décennies.

D’une part, les défenseurs de la cause animale ainsi qu’une grande partie de l’opinion publique sont opposés à cette pratique. Selon un sondage IFOP de 2017, 84% des Français sont contre la chasse à courre. Un mouvement d'opposition a d’ailleurs vu le jour il y a quelques annés. Ce collectif anti-vénerie nommé AVA (Abolissons la Vénerie Aujourd’hui) organise régulièrement des actions en forêt afin d’intervenir en cas d’abus de la part des chasseurs. L’argument majeur employé par les militants anti-vénerie est que cette pratique est jugée comme une barbarie commise à l’encontre des animaux. Les chasseurs sont accusés de ne rien faire pour réduire la souffrance de ces derniers, chez qui la chasse à courre provoque un stress très important.

La France plus conservatrice que ses voisins

Quant aux veneurs, nom donné aux pratiquants de la chasse à courre, ils se défendent notamment à l’aide d’un argument historique. En effet, la chasse à courre est un loisir vieux de centaines d’années et considéré comme un symbole de la noblesse française. Ainsi, les veneurs pratiqueraient la chasse à courre dans un objectif de préservation de la tradition française. Ah ! Ces fameuses traditions françaises bien ancrées dans nos cultures et qui légitiment les crimes commis contre les animaux. On retrouve d’ailleurs les mêmes arguments chez les partisans de la Corrida, ce fameux combat traditionnel entre l’Homme et le taureau qui aboutit sur le sacrifice animal.

La position conservatrice de la France sur la question fait tâche sur la scène internationale et soulève de nombreuses critiques de la part des gouvernements voisins. En effet, la France compte parmi les derniers pays européens à encore pratiquer la chasse à courre. L’Allemagne a interdit cette pratique dès 1950, suivi de la Belgique en 1995 et de l’Angleterre en 2005. La pression des collectifs sur les élus pour abolir la chasse à courre ne suffit pas et une loi proposée par le groupe de députés écologistes en 2013 a d’ailleurs été refusée. Mais dans une société de plus en plus sensible à la souffrance animale, la chasse à courre est une pratique, qui je l'espère, ne devrait plus tarder à être abolie.


Mélina Fages


10 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout