top of page
  • Alicia Cannoux

"Beau Geste en Public" : Les Info-Com dans les Coulisses de l'Émission de Culture Box !

Dernière mise à jour : 8 févr.



Une plongée dans les coulisses de "Beau Geste en Public" sur France 2 a offert aux étudiants en communication une expérience inédite. Pierre Lescure, ex-président du Festival de Cannes, discute et débat avec les artistes qui marquent l'actualité culturelle, le tout dans des lieux porteurs de sens tels que les salles de cinéma, les musées, ou encore les librairies.


Les étudiants, dans le cadre de leurs cours de projet personnel et professionnel avec Monsieur Liétard, ont eu l'opportunité d'assister à une session de débats passionnants portant sur le thème des biopics :  quand la fiction dépasse la réalité. 


Nous avons tous vu des biopics sans forcément connaître le terme : ce sont des œuvres cinématographiques qui retracent la vie d'une personne réelle. Ces films visent à présenter de manière dramatique et souvent artistique la vie d'individus célèbres, qu'ils soient des personnalités historiques, des artistes, des scientifiques, ou d'autres figures marquantes. Les biopics tentent généralement de capturer l'essence et les moments clés de la vie du protagoniste, tout en offrant une interprétation artistique de leur histoire. 



Les biopics, malgré leur popularité, suscitent fréquemment des débats et des critiques, surtout lorsqu'ils traitent de personnalités controversées ou de sujets sensibles. Un exemple marquant et actuel est la série "Dahmer", qui explore la vie d'un sérial killer, Jeffrey Dahmer. Ce choix de sujet a déclenché un débat éthique : est-il moralement acceptable de mettre en avant la vie d'un criminel notoire, en prenant le risque potentiel de glorifier des actions répréhensibles ?

La série, véritable catalyseur de réflexion, questionne la ligne fine entre exploration biographique et la responsabilité morale dans le monde du cinéma.


Mais les biopics sont aussi très populaires : Bohemian Rhapsosy, Elvis, Ray, Une merveilleuse histoire du temps, La môme… ou encore le film Napoléon sorti tout récemment. Ce film a d’ailleurs suscité beaucoup de débats. La perspective de porter à l'écran la vie de cet empereur français a suscité des discussions sur la manière dont un personnage historique aussi complexe et polarisant sera présenté. Certaines controverses ont déjà émergé, portant sur des erreurs historiques, des approximations ou des contrevérités. Effectivement, lorsqu'on examine la vie d'un personnage aussi emblématique que Napoléon, cela engendre du débat.


Les étudiants ont donc eu la chance d’assister à une discussion reprenant tous ces aspects de ce genre cinématographique autour du thème suivant:

Les biopics: quand la fiction dépasse la réalité.


Lors du tournage, les étudiants ont eu le privilège d'assister à une discussion des plus intéressantes en compagnie de l'historien renommé Pascal Ory, et de deux réalisatrices chevronnées, Léa Domenach et Josée Dayan qui ont abordé le délicat exercice de donner vie à des figures emblématiques à travers leurs films.




Léa Domenach a brillamment dirigé, entre autres, le projet biographique de "Bernadette", une plongée dans la vie de Bernadette Chirac. Elle a souligné le caractère artistique du cinéma, mettant en avant la liberté laissée aux réalisateurs. Dans le cas de son film sur Madame Chirac, elle a confessé ne pas avoir suivi scrupuleusement tous les aspects de sa vie et n'a pas informé la famille sur la sortie du film au préalable afin d'éviter des restrictions potentielles. Bien que la famille n'ait pas nécessairement apprécié le film lors de sa projection avant la sortie, le risque d'une poursuite judiciaire pour diffamation a été écarté, ce qui montre que le mécontentement était une question de perception personnelle.


De même, Josée Dayan, forte de son expérience, a fait des réalisations telles que son biopic sur Marguerite Duras. Elle a partagé une perspective intrigante sur les films biographiques, préférant travailler sur des personnages lointains qu'elle n'a pas connus de leur vivant. Cette distance, selon elle, est cruciale tant pour la réalisation que pour la réception du biopic. Elle a notamment exprimé sa réserve envers les biopics sur des personnages qu'elle connaissait personnellement, citant la série biographique sur Bernard Tapie sortie récemment sur Netflix, où la connaissance préalable du personnage pouvait perturber.


Pascal Ory a ajouté une dimension captivante au débat en apportant sa perspective d'historien. Il a souligné l'importance de la liberté artistique dans le traitement des aspects historiques des biopics, tout en mettant en garde les réalisateurs contre les anachronismes. Sa vision pragmatique a renforcé l'idée que, bien que la fidélité historique soit souhaitable, l'art cinématographique nécessite parfois des ajustements pour servir la narration.


Les biopics, en tant que genre cinématographique, continueront probablement à générer des débats, à mesure que les réalisateurs explorent divers aspects de la vie humaine, de ses triomphes à ses tragédies.



Z O O M biopic:


Les biopics, abréviation de "biographical pictures", ont une longue histoire dans le cinéma. On peut remonter à des films comme "The Private Lives of Elizabeth and Essex" en 1939 qui raconte la vie de la reine Elizabeth I. Cependant, le genre a véritablement pris son essor dans les années 1980 et 1990 avec des films tels que "Coal Miner's Daughter" (1980) sur la chanteuse de country Loretta Lynn, et "Ray" (2004) sur la vie de Ray Charles.


Au fil des ans, la popularité des biopics a continué de croître, avec des films emblématiques comme "The Social Network" (2010) sur Mark Zuckerberg et la création de Facebook, ou "The King's Speech" (2010) sur le roi George VI. Cette tendance a été soutenue par les avancées technologiques qui ont facilité la recherche historique, permettant aux cinéastes d'approfondir la précision et l'authenticité des récits biographiques.


Aujourd'hui, la fascination pour la vie des personnalités publiques demeure, alimentée par une société de l'information qui permet un accès simplifié aux détails intimes des vies des célébrités. La popularité des services de streaming a également contribué à la prolifération des biopics, offrant aux cinéastes un moyen de toucher un public mondial. En résumé, l'histoire des biopics reflète l'évolution des goûts du public et des possibilités technologiques, tout en soulignant une fascination persistante pour les vies atypiques des personnalités publiques.



Alicia Cannoux

62 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page